Art and the poetic

unnamed (7).jpg

Jeon Sun Hwa, End of season, 100 x 50cm, Oil on canvas

The mid-nineteenth century witnessed the birth of a new poetic season in Europe. Discontent with Realist traditions, rising young artists sought to break free from the pursuit of perfect symmetry and clarity of form, instead emphasizing the expression of subjective emotion. Yet, how does the spirit of Impressionism continue to inspire the artists of today, almost two centuries later ?

Le milieu du XIXe siècle a vu naître une nouvelle saison poétique en Europe. Mécontents des traditions du Réalisme, de jeunes artistes émergents ont cherché à s’affranchir de cette recherche de la symétrie parfaite et de la clarté des formes, pour mettre davantage l’accent sur l’expression d’une émotion subjective. Pourtant, comment l’esprit de l’impressionnisme continue-t-il d’inspirer les artistes d’aujourd’hui, près de de deux siècles plus tard ?

Impressionist artists brought to the center of focus in their artworks a subjective reality. Replacing grandiose portraits were landscapes often painted en plein-air, poetically capturing the form of clouds, sun-light, and nature. In a period of radical industrialization, these idyllic landscapes provided a means of escape for both the viewer and the artist from the metropolitan, claustrophobic setting of Paris. FOCUS Art Fair brings together four artists from diverse backgrounds, to explore the ways in which artists of today make use of unique methods and media to capture the spontaneous, the ephemeral, and the poetic.

Les artistes impressionnistes ont placé au cœur de leurs œuvres une réalité subjective. Les portraits grandioses ont été remplacés par des paysages souvent peints en plein air, capturant de manière poétique la forme des nuages, la lumière du soleil et la nature. Dans un contexte d’industrialisation massive, ces paysages idylliques offraient aux spectateurs ainsi qu’à l’artiste un moyen de fuir le cadre métropolitain et claustrophobe de Paris. FOCUS Art Fair réunit quatre artistes d’horizons divers pour explorer la manière dont les artistes d’aujourd’hui ont recours à des méthodes et supports uniques pour saisir le spontané, l’éphémère et le poétique.

unnamed (3).jpg

Hiro, The ultramarine moment, 41 x 31.8cm, Oil on canvas, 2020

unnamed (8).jpg

Hiro, Wish, 41 x 31.8cm, Oil on canvas, 2020

Directly influenced by the oil paintings of Claude Monet, the artworks of Miho Endo feature lily ponds, the seaside, and flower fields bathing in the summer sun. Similar to Monet’s water lilies, Endo applies brush strokes in a particular manner that gives her paintings a blurry, almost dream-like quality. It is this poetic effect that stimulates within the viewer a sense of peace and meditation. Similarly, Korean artist Sunhwa Jeon applies oil on canvas to create peaceful landscapes of the ocean. In her artwork, titled “End of Season”, the soft brushstrokes are accentuated with the addition of multi-colored fabric on canvas, giving the work a new dimension.

Directement influencées par les peintures à l’huile de Claude Monet, les œuvres de Miho Endo représentent des étangs de nénuphars, des bords de mer et des champs de fleurs baignant dans un soleil d’été. A l’instar des nénuphars de Monet, Endo applique des coups de pinceaux d’une manière particulière qui donne à ses peintures un aspect flou, presque onirique. C’est cet effet poétique qui suscite chez le spectateur un sentiment de paix et de méditation. De même, l’artiste coréenne Sunhwa Jeon crée dans ses huiles sur toile des paysages paisibles de l’océan. Dans son œuvre intitulée « End of Season », les délicats coups de pinceau sont soulignés par un tissu multicolore sur la toile, ce qui confère à l’œuvre une nouvelle dimension.

unnamed (9).jpg

Miho Endo, Peaceful place (autumn), 45.5 x 38cm, Acrylic, 2020

Although from different cultural backgrounds, both Irish artist Jaime McGlinn and Japanese artist Hiro create poetry with their artwork by exploring the ways in which art can convey a sense of infinity. McGlinn’s paintings reproduce visually the rhythm of music — from the traditional Irish music of his childhood to those more upbeat and progressive. The artist makes use of vivid colors and spontaneous brush movement to capture the energy of different art forms. Likewise, Hiro creates oniric paintings of the night sky and the galaxy, where the study of light instills a sense of calmness and healing in the viewer. Indeed, by visually transporting viewers to the cosmic sphere, her paintings reflect the powerful universe within ourselves.

Bien qu’issus de milieux culturels différents, l’artiste irlandaise Jaime McGlinn et l’artiste japonais Hiro, créent tous deux de la poésie avec leurs œuvres en explorant les façons dont l’art peut transmettre une sensation d’infini. Les peintures de Jaime McGlinn traduisent visuellement le rythme de la musique, qu’il s’agisse de musique traditionnelle irlandaise de son enfance ou de musiques plus entraînantes et progressives. L’artiste utilise des couleurs vives et des mouvements de pinceau spontanés pour transmettre l’énergie de différentes formes d’art. De la même manière, Hiro réalise des peintures oniriques du ciel nocturne et de la galaxie, où l’étude de la lumière insuffle de l’apaisement et un sentiment de guérison chez le spectateur. En effet, en transportant visuellement les spectateurs dans la sphère cosmique, ses peintures sont le reflet de l’univers puissant qui réside en nous.

unnamed (10).jpg

Jaime McGlinn, Antrim, 50 x 50cm, Oil on canvas, 2021