Ko Kwon

Né en 1990, Ko Kwon réside sur l’île de Jeju, située au sud de la péninsule coréenne. L’île est très prisée pour sa beauté, ce qui lui a valu une triple nomination à l’UNESCO pour la richesse de ses paysages et de son écosystème.

“Même au sein des petits villages, les saisons viennent et s’en vont silencieusement en laissant des traces. À l’intérieur de celles-ci, figure l’harmonie des petites créatures cohabitant auprès des individus et de la vitalité de la nature qui les étreint. Tous coexistent magnifiquement avec leurs valeurs et significations.”



Cette nature à la fois foisonnante et diversifiée, mêlant mer et montagne, apparaît au sein de son œuvre. Jeju est aussi le lieu où le chamanisme est fortement développé, jusqu’au point de pouvoir prédire une année en ne faisant qu’une lecture du ciel le premier jour après le Nouvel An lunaire. Ce mysticisme figure également dans le travail de l’artiste, notamment lorsqu’il s’inspire des anciennes peintures murales issues des tombes du nord.

Tel un enfant, son style d’expression est libre et indépendant de toute forme ou composition. Il puise sa source dans l'environnement de sa région.

Pour Ko Kwon toutes les créatures vivantes de notre univers sont merveilleuses et témoignent de l’évolution de la vie. Il implémente cette idée dans ses toiles, idée que chaque entité possède sa beauté et sa valeur au sein de notre monde.

Ko Kwon