Théotime RITZENTHALER

Né en 1999, Théotime a grandi en France avant de résider en Suisse. Il a commencé le travail du métal comme loisir, il a donc appris à le manier en autodidacte pendant 5 ans. En 2018, il a suivi un cursus à la Gothenburg University afin d’approfondir sa pratique artistique. Aujourd’hui, son approche se centre sur les relations entre l’expression matérielle et la matière en question. Il a présenté ses œuvres au cours de plusieurs expositions, comme par exemple en 2019, Le métal dans l’art à Mulhouse, ou encore en 2020 Body of Work, Dals Langed en Suède.


L’artiste s’amuse à connecter des formes étranges et irrégulières entre elles, provoquant le bizarre. Ces phénomènes qu’il décrit comme ambigus, à la fois calme et actifs, détendus et en tension le fascinent.

C’est cette dernière qui le place sur une ligne entre cette attirance pour les forces incontrôlables de la matière, et la peur de franchir une limite, et de ne plus pouvoir avoir d’emprise sur celle-ci.

“J’aime l’étrange mélange de l’irrégularité issue de l’altération du matériau et du travail conscient et volontaire de l’homme, les formes bizarres résultant d’un procédé instinctif et libérateur, comme un morceau de papier froissé ou du tissu déchiré. Ces phénomènes sont ambigus, calmes et actifs, tendus et relâchés, comme des souvenirs d’une transition.

Mon travail oscille entre la fascination de l’incontrôlable et la peur de trouver la limite et de perdre son emprise.

J’explore ces thèmes grâce à différentes techniques de travail du métal comme le forgeage, soudage, etc.”

Théotime RITZENTHALER